Rechercher

Magie 101 – la préparation mentale ou la baguette magique?

Mis à jour : 2 avr. 2019



Devant l’athlète ou le professionnel qui m’exprime sa situation et ses besoins, je reconnais;

Devant les parents assis près de moi, je reconnais; et devant leur enfant sportif, je reconnais aussi…

Devant les questions de l'entraîneur ou des représentants d’associations sportives, je reconnais; et devant les membres de leur équipe sportive respective, je reconnais aussi;


Je reconnais ce regard remplit d’espoir que tout changera rapidement tout simplement en me rencontrant; je reconnais cette envie de voir leur enfant rapidement vivre différemment ce qu’ils vivent; je reconnais cet individu qui voudrait aussi que JE sois l’agent de changement et que tout soit plus facile.


Ils ont entendu parler de la préparation mentale, ils ont su que ça pouvait faire une différence et comme tout humain qui vit une difficulté, qui se retrouve devant un défi ou qui veut un changement, l’attente est là; l’attente de la magie qui opère.


Je ne peux les blâmer, je les comprends tellement.


LA PM ou la BM?

La préparation mentale (PM) consiste à accompagner les sportifs, les athlètes ainsi que les entraîneurs et leur équipe dans leur préparation :

« à la compétition par l’apprentissage d’habiletés mentales et d’habiletés d’organisation, dont le but principal est d’optimiser la performance personnelle de l’athlète tout en promouvant le plaisir à la pratique et en favorisant l’atteinte de l’autonomie. »[1]


À mes yeux, cette définition m'apparaît parfois vague et précise; parfois facile et complexe; parfois claire et embêtante…tant de sujets, de concepts, de techniques, d’outils peuvent être enseignés, mis en valeur, bonifiés, mais comment se les approprier? comment les rendre bénéfiques pour soi? comment en tirer efficacement profit? Là est la question.


On souligne régulièrement que le pilier [2] de la performance le moins entraîné est celui du mental. Tout comme les autres piliers (physique, technique et le stratégique/tactique), il importe de l'entraîner aussi pour le développer, le maintenir et ainsi optimiser ses performances et atteindre les succès visés.


Donc, même si le sportif, le parent, l'entraîneur, les membres d’une équipe, l’organisation sportive ou même le professionnel entretiennent de grands espoirs lorsqu’ils font appel aux services d’un préparateur mental, les changements ne surviendront pas sur-le-champ, d’un simple coup de baguette magique (BM).


Oui, je sais…quand vous êtes assis dans mon bureau, vous aimeriez vraiment que je vous présente tous les outils qui changeront rapidement la situation et que ça ira vite mieux… mais ce n’est pas la réalité…

Oui je sais… ça serait vraiment magnifique d’avoir le pouvoir de changer instantanément la dynamique de votre équipe sportive, mais ce n’est pas la réalité…

Oui, je sais... ça serait vraiment génial de vivre différemment vos défis dès maintenant, sans attendre ou travailler pour y arriver… ce n’est pas la réalité.


La beauté de mon travail : un travail de co-construction!


Quand la personne réalise le pouvoir qu’elle détient sur ses performances et sur la façon de les vivre, c’est à ce moment que la magie opère. Quand cette même personne se rend compte que SES réflexions l’amènent à identifier des actions précises qui répondent à SES besoins actuels selon son défi et son contexte, la fierté qui s’en dégage est indescriptible. Certains sont en mesure de vivre ce processus seul tandis que d’autres ont besoin d’un accompagnement professionnel extérieur.


Dans le cadre de mon travail, il n’est pas nécessaire de connaître tous les aspects du sport pratiqué ou du défi à relever pour effectuer un bon accompagnement. Je le considère comme un travail de co-construction : la personne rencontrée est l’expert des détails de sa situation et moi du soutien personnalisé à offrir en tant que préparatrice mentale. Les échanges deviennent alors une vraie mine d’or, car toutes les parties contribuent au processus, à la progression.


Plus souvent qu’autrement, cette personne effectue déjà des actions aidantes, mais n’a pas toujours conscience de leur présence ou de leur portée. Comme la préparation mentale est de la préparer « à la compétition par l’apprentissage d’habiletés mentales et d’habiletés d’organisation, dont le but principal est d’optimiser la performance personnelle de l’athlète tout en promouvant le plaisir à la pratique et en favorisant l’atteinte de l’autonomie», je l’aide à les identifier, à les contextualiser et à les bonifier tout en considérant ses objectifs (et non ceux des parents, de leur patron, de la société ou ceux en lesquels JE crois).


Ce travail de co-construction signifie également qu’à part les rencontres directes avec moi, elle gagnera à tester les actions ou techniques identifiées selon le contexte discuté (entrainement, compétition, etc.) et à revenir en rencontre afin d’en discuter et de les ajuster avec mon aide en tant que préparatrice mentale.


Bref, elle a toujours le choix entre la BM ou la PM… mais laquelle sera plus efficace et plus valorisante?


Ø et vous, dans quel contexte avez-vous tant espéré que la magie opère?

Ø qu’est-ce qui vous a fait réaliser que vous deviez agir pour apporter un changement? et comment vous sentez-vous aujourd’hui?



Au plaisir de vous lire.



[1] INSEP, Fiches institutionnelles et pratiques Numéro 1, « Statut et rôle du préparateur mental »

[2] VERGER, Michel. DUPM – université Clermont Ferrand - 2015


0 vue